***

BULLETIN D'INFORMATION

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

ENCOURAGEMENTS A ISRAËL, CENTRE ÉTERNEL DE L'ATTENTION DU MONDE


Retour page d'accueil

LE TEMPS DE GRACE DE SION

ÉDITÉ PAR LA COMMISSION D'ISRAËL

*  *  *

CENTENAIRE DE LA DECLARATION BALFOUR

Bulletin 2 / 4

Ps. 102 : 13-16 — « Tu te lèveras, tu auras compassion de Sion ; car c’est le temps d’user de grâce envers elle, car le temps assigné est venu. Car tes serviteurs prennent plaisir à ses pierres, et ont compassion de sa poussière. Alors les nations craindront le nom de l’Éternel, et tous les rois de la terre, ta gloire. Quand l’Éternel bâtira Sion, il paraîtra dans sa gloire ».

Vos questions, suggestions ou informations sont les bienvenues : redaction@israelvivra.com

Les ouvrages qui ont servi à cette analyse :

http://www.israelvivra.com/publications.htm

 

Dès 1818, le 2e Président des Etats-Unis, John Adams signataire de la déclaration d’indépendance, écrivait : « Je souhaite vraiment voir les Juifs de nouveau en Judée comme nation indépendante car, comme je le crois, ses hommes les plus éclairés ont participé à l'amélioration de la philosophie de cet âge ».

Une seconde ligne de preuves, démontrant que le temps est venu pour le rétablissement et la croissance d'Israël : Esaïe 40 : 1. 2 : « Parlez au cœur de Jérusalem, et criez-lui que son temps de détresse est accompli, que son iniquité est acquittée ; qu'elle a reçu de la main de l'Eternel le double pour tous ses péchés ».

Notez l'expression « le double pour tous ses péchés ».

Au nom de quelle justice Israël pouvait-il être puni deux fois plus qu'il ne méritait ?

Cela pourrait être en effet la première compréhension d'une lecture négligente de ce texte. Mais ce n'est pas son dessein. Le mot hébreu kephel, traduit par « double », signifie une page pliée sur elle-même, le pli commençant à son milieu exact.

En Jérémie 16 : 18 et Zach. 9 : 12, nous trouvons une expression similaire, sauf que dans ces passages le mot hébreu pour « double » est mishneh, qui signifie une répétition exacte en temps et en caractère général.

La référence en Zacharie nous apprend que le « double » d'Israël commença environ à la mort de Jacob, la tête patriarcale des 12 tribus d'Israël, en avril 1813 avant J.-C.

Sa mort termina la période des patriarches que nous appelons, « l’Age patriarcal » et commença la période où le peuple d’Israël eut une relation spéciale avec Son D.ieu et que nous appelons « l’Age judaïque », en 33. De 1813 à 33, nous pouvons calculer le temps à savoir 1845 ans.

La conclusion est que la période de faveur nationale d'Israël était de 1845 ans.

C'était la première moitié de son « double ». La connaissance de la longueur de la première moitié du double nous donne la longueur de la seconde moitié. Si nous additionnons 33 et 1845 ans, cela nous amène en avril 1878.

QUELS EVENEMENTS ONT EU LIEU EN CE TEMPS-LA ?

En Avril 1878 et à partir de cette date, lentement et graduellement beaucoup de Juifs pensent de façon très favorable de Jésus, L'appelant le plus grand des prophètes d'Israël, un Saint Homme et un Réformateur des plus merveilleux.

Par exemple, le Rabbin Stephen Samuel Wise, qui durant des années fut un rabbin des plus éminents d'Amérique et un conducteur Juif, recommanda chaudement dans ses sermons à sa congrégation de faire un bon accueil aux Evangiles dans leurs maisons et de les étudier.

Et de nombreuses autres chaires juives font écho aux mêmes sentiments.

De même, quelques auteurs juifs ont écrit des vies de Jésus recommandables, par exemple le Docteur Joseph Klausner, un savant hébraïsant réputé, a écrit une vie de Jésus en termes très élogieux bien que, naturellement, il ne l'accepte pas comme le Messie. Joseph Klausner, était un écrivain et historien juif né en Lituanie. Il est l’auteur d’un livre sur Jésus où il explique que celui-ci est plus compréhensible s’il est vu en tant que Juif. EN 1919, il émigre en Eretz Israël.

Le Testament en hébreu de Délitzsch Franz et celui de Christian David Ginsburg, de même également que la traduction de celui-ci en Yiddish sont très lus dans les cercles juifs et enlèvent le préjugé d'Israël lentement, mais sûrement.

S’il n’y avait pas eu ce changement d’attitude des Juifs depuis 1878, C. T. Russell de 1910 à 1916 n’aurait jamais obtenu la sympathie et l’attention des Juifs comme cela arriva. Car pour un ministre croyant gentil, prêcher le Sionisme à des Juifs en 1878, aurait été considéré par les Juifs comme une souillure pour eux-mêmes et comme une abomination pour D.ieu.

C.T. Russell fit paraître une brochure en 1877 et s'adressant aux croyants gentils, il écrivait : « Nous lisons au sujet du rétablissement d'Israël et des autres nations en Jérémie, Esaïe et autres prophètes et aussi au sujet de la terre rétablie à sa beauté édénique, quand le désert fleurira comme la rose... En Ezéch. 39 : 21-29, D.ieu montre comment la maison d'Israël est allée en captivité à cause de son iniquité : ... et ils sont tombés par l'épée (v. 23) mais Il promit de ramener toute la maison dans leur propre pays ».

Naphtali Hertz Imbert écrivit un poème en 1878 qui, plus tard, fut mis en musique et intitulé « Hatikvah » (l'Espérance).

Kol od balevav p'nimah
Aussi longtemps qu'en nos cœurs,
Nefesh Yehudi homiyah
Vibrera l'âme juive,
Ulfa'atey mizrach kadimah
Et tournée vers l'Orient
Ayin l'tzion tzofiyah
Aspirera à Sion,
Od lo avdah tikvatenu
Notre espoir n'est pas vain,
Hatikvah bat shnot alpayim
Espérance bimillénaire,
L'hiyot am chofshi b'artzenu
D'être un peuple libre sur notre terre,
Eretz Tzion v'Yerushalayim
Le Pays de Sion et Jérusalem

 

Plus près de nous, en mars 1973, André Chouraqui [écrivain, professeur, ancien adjoint au maire de Jérusalem] traduit la Bible hébraïque, du Nouveau Testament il dit : « Pour les Juifs, pendant des siècles, le Crucifié était aussi le Crucifiant. C'est au nom du Christ que les lois antisémites ont été promulguées. C'est au nom du Christ qu'Israël a été trop souvent discriminé, persécuté, chassé, assassiné sur les bûchers de maintes inquisitions. C'est au nom du Christ, MAIS CONTRE SA LOI que les chrétiens ont forgé la meurtrière et démente légende du déicide. Et les bourreaux nazis appartenaient à un peuple christianisé depuis un millénaire et quelques siècles ».

En juin 1878 l’Union européenne des Nations commença à préparer la convocation de la Conférence de Berlin, sous la direction de Benjamin Disraeli écrivain et homme d'Etat anglais Juif (1804-1881 - 77 ans). Il entre dans la vie politique en 1837, et se fait champion des idées protectionnistes et partisan des conquêtes coloniales. Premier ministre de la Reine Victoria en 1868, il devient chef du Parti conservateur.

Il est fait comte de Beaconsfield. Il siège à la Chambre des Communes puis à la Chambre des Lords. Il décréta certains adoucissements des restrictions apportées aux Juifs résidant dans la Terre Sainte et au retour d’autres Juifs dans cette Terre Sainte.

Delitzsch commença le 11 juin 1878 à répandre partout le Nouveau Testament en hébreu en même temps que le Congrès de Berlin promulguait son décret. Ainsi le 1er de ces évènements commença à rétablir la faveur d’Israël quant au pays, et le second de ces évènements commença à rétablir la faveur à Israël quant à la vérité.

Le but premier de ce Congrès était de déterminer les frontières des Etats Balkans après la guerre Russo-turque et d'empêcher une guerre éventuelle entre l'Angleterre et la Russie.

Le plus grand moment en rapport avec notre sujet est l’un de ces résultats auxiliaires imaginés par Lord Beaconsfield, l'envoyé principal de l'Angleterre à cette conférence. Il réclama aux Turcs l'amélioration des conditions en Palestine en faveur des Juifs pour permettre à un plus grand nombre d’entre eux de retourner dans leur pays. Ce retour fut beaucoup accéléré quand la Grande-Bretagne mit en action la déclaration de Balfour.

Disraeli, fut le premier juif à devenir Premier ministre en Angleterre de 1874-80. En tant que Juif, Disraeli était naturellement disposé à favoriser les siens et il semble que ses efforts à cet égard furent bénis de D.ieu. A ce congrès, 20 nations européennes, rassemblant 10 groupes de langues sous la convocation de Lord Beaconsfield, en réalité le Juif Disraéli, accomplissaient à leur insu la prophétie :

Zach. 8 : 23 — « En ces jours-là dix hommes de toutes les langues des nations saisiront, oui, saisiront le pan de la robe d'un homme juif, disant : Nous irons avec vous, car nous avons ouï dire que D.ieu est avec vous ».

Dans un sens, les nations des dix langues d'Europe prirent « la robe » du « représentant » d'Israël, Disraeli.

A suivre :

Jacques Obojtek,

Pour la Commission d'Israël

*  *  *

Vos questions, suggestions ou informations sont les bienvenues : redaction@israelvivra.com

 

redaction@israelvivra.com

*   *   *

Retour haut de page

***